acumen_noir-2024

Exposition : DAN FLAVIN, L’ESPACE SOUS HAUTE-TENSION

ARTICLES SIMILAIRES

Produire des œuvres, ou plutôt, des « situations » d’une grande intensité émotionnelle à partir de dispositifs d’une extrême simplicité, c’est ce à quoi est parvenu le maître des néons, Dan Flavin (1933-1996). Le Kunstmuseum de Bâle réunit quelques-unes de ses œuvres majeures.

Baptisé The Diagonal of personal ecstasy, un simple néon fixé en diagonale sur un mur par l’artiste autodidacte (qui sera bientôt considéré, avec Donald Judd, comme le pionnier de l’art minimal) marqua, en mai 1963, un tournant dans l’histoire de l’art contemporain. Non seulement Dan Flavin sortait la couleur de la bidimensionnalité du tableau, mais en plus il la confondait avec la lumière. « Très vite Dan Flavin comprend combien l’espace et la perception du spectateur peuvent être transformés par la puissance et la dynamique de son outil, à la fois lumière et couleur1. »

« hyperprésence de l’immatériel »

Tangibles et intangibles, hypnotiques et intouchables, éblouissantes et enveloppantes, métamorphosant l’espace mental du spectateur et l’espace architectural, ses installations de néons chercheront invariablement à atteindre l’« hyperprésence de l’immatériel 1 ». Disposés au sol, au mur, au plafond, dans un angle, en barrière ou en corridor et déclinés dans les quatre longueurs standard et les neuf couleurs disponibles dans le commerce, les tubes fluorescents mis en situation (Dan Flavin qualifiait lui-même son art de « situationnel ») sont la plupart du temps dédiés à d’autres artistes 2, quand ils ne font pas référence à des événements concrets, comme les atrocités de la guerre ou les violences policières. Ainsi du poignant Monument for those who have been killed in ambush (to P.K. who reminded me about death) dédié à la mémoire des morts de la guerre du Vietnam, constitué d’une gerbe de tubes rougeoyants transperçant et saturant l’espace.  

STÉPHANIE DULOUT 

1 – Suzanne Pagé, commissaire de la rétrospective Dan Flavin tenue en 2006 au musée d’Art moderne de Paris.

2 – Tels Constantin Brancusi, Vladimir Tatlin, Jasper Johns et Barnett Newman.

Du 2 mars au 18 août 2024

kunstmuseumbasel.ch

S'inscrire
à la newsletter
acumen

Voir plus d'articles

footer-acumen-GJ2
FACEBOOK
INSTAGRAM
SOUNDCLOUD
SPOTIFY
abonnement
mentions légales
politique de confidentialité
Politique de cookies
archives
FACEBOOK
INSTAGRAM
SOUNDCLOUD
SPOTIFY
abonnement
mentions légales
politique de confidentialité
Politique de cookies
archives
© GALERIE JOSEPH 2024 – ALL RIGHTS RESERVED