acumen_noir-2024

LEA COLLET – Digitalis, 2023

ARTICLES SIMILAIRES

Étranges visages métamorphiques que ceux de ces neuf collégiens se transformant en fleurs sous nos yeux. Colonisés par des pétales inspirés des fleurs en papier mâché, bois et autres matériaux fabriquées au XIXe siècle à des fins pédagogiques par Robert Brendel en Allemagne, ces visages hybridés mutent sous l’action d’une intelligence artificielle nourrie d’images florales. Issu de recherches et d’échanges avec des scientifiques en biologie végétale, le film documentaire qui se déroule sous nos yeux se transforme lui-même pour devenir une fable, à la lisière du conte et de la science-fiction. « Je suis une chimère botanique […] un enchevêtrement de racines qui s’enracinent dans l’espace sidéral », entend-on de la bouche – fleurissante – de l’un des protagonistes mutants après que le système informatique modélisant le processus de développement des plantes 1 associé à l’IA a généré les improbables transformations humano-végétales. 

Déroulé en trois chapitres, de la recherche et de la rencontre avec les plantes à la mutation artificielle, le film est semblable à un récit initiatique et opère une étrange symbiose entre le propos, le récit fictif d’une mutation, et ses acteurs, des adolescents, eux-mêmes en transition… Aimant à brouiller les frontières (entre le réel et l’artificiel, la botanique et la technologie…), Lea Collet, tout juste sortie du Studio national des arts contemporains du Fresnoy, nous conduit au croisement entre intelligence artificielle et imaginaire de l’artificiel et nous invite à envisager le potentiel de création de l’IA comme un possible progrès, une porte ouverte vers un monde inconnu pouvant générer de nouvelles poésies. Ici associée à la survie, la mutation apparaît avant tout comme un rêve et un fantasme, celui de « devenir fluide, libre de passer d’une forme à une autre […] pluriel, ambigu… ». 

STÉPHANIE DULOUT

1 – L-système ou système de Lindenmayer inventé en 1968 par le biologiste hongrois Aristid Lindenmayer, modélisant le processus de croissance d’êtres vivants comme les plantes ou les cellules. 

Passionnée de jardin, Lea Collet (née à Lyon en 1989) a étudié au DIU ArTeC+ (Paris) après être passée par la Slade School of Fine Art et le Camberwell College of Arts de Londres.

Installation issue de l’adaptation d’une création originelle
de Léa Collet. Production Le Fresnoy – studio national
des arts contemporains, 2023
© Léa Collet – Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains – 2023 

Œuvre visible dans l’exposition 

« Demain est annulé… »

Espace de la Fondation EDF 

6, rue Juliette-Récamier, Paris 7e

fondation.edf.com

Jusqu’au 20 septembre 2024

S'inscrire
à la newsletter
acumen

Voir plus d'articles

footer-acumen-GJ2
FACEBOOK
INSTAGRAM
SOUNDCLOUD
SPOTIFY
abonnement
mentions légales
politique de confidentialité
Politique de cookies
archives
FACEBOOK
INSTAGRAM
SOUNDCLOUD
SPOTIFY
abonnement
mentions légales
politique de confidentialité
Politique de cookies
archives
© GALERIE JOSEPH 2024 – ALL RIGHTS RESERVED