acumen_noir-2024

BLOOM GARDEN, L’OASIS ENSOLEILLÉE 

ARTICLES SIMILAIRES

Récemment ouvert au rez-de-chaussée de l’hôtel Bloom House, le restaurant se veut une oasis de rencontre entre Parisiens et voyageurs, épicuriens et travailleurs de passage en quête d’une pause gourmande. Avec une carte signée Olivier Streiff, chef qui avait marqué la saison 6 de Top Chef avec son look gothique et son approche culinaire singulière, Bloom Garden propose une escale méditerranéenne alliant gourmandise et modernité d’un sourcing exemplaire. 

En passant les portes du bâtiment en marbre blanc, on quitte la populaire rue du Château-Landon pour pénétrer dans un petit coin de Méditerranée. Les tables aux carrelages colorés, les fauteuils en rotin et les multiples tapis au sol et aux murs créent une ambiance bohème-chic élégante et confortable. La salle donnant sur un patio aménagé en jardin intérieur avec un bassin en zellige en fait une halte de choix aux beaux jours. 

Avant d’entamer les agapes, on s’ouvre l’appétit avec un cocktail maison. La carte des breuvages est signée Victor Delpierre, champion du monde Barista & Cocktails. On y trouve des propositions singulières : côté alcool, le wakame whisky sour se démarque par ses notes iodées et fumées, apportées par l’association de l’alcool avec les algues wakamé et nori. Côté sans alcool, le green fizz allie coriandre, aneth, menthe et verveine. Un mélange frais et végétal, avec une pointe acidulée. Un équilibre parfait qui évite l’écueil de bon nombre de mocktails, à savoir l’excès de sucre. 

Une belle entrée en matière avant d’aborder les plats pensés par le chef Olivier Streiff, composés exclusivement de produits issus de circuits courts, toujours avec une proposition végétarienne. Sur les conseils d’Eden, qui assure le service, nous optons pour une entrée, un plat et un dessert.  

Ce sera donc chou-fleur rôti, vanille d’Ouganda et argan, et tataki de bœuf maturé et pommes de terre. La proposition végétarienne est délicate, tout en rondeur. La tête rôtie est posée sur une purée de pied de chou-fleur montée à l’argan – velouté et suave. Les noisettes et jeunes pousses apportent le croquant bienvenu.  La viande, quant à elle, est tendre, juste saisie, et s’accorde parfaitement avec les pommes de terre, et l’association sarrasin-parmesan donne la touche d’originalité. 

Fin sur des desserts tout aussi singuliers. Avec un coulant au chocolat servi sur des poivrons confits. La puissance du chocolat contraste avec la sucrosité mesurée du poivron – inattendu dans un dessert. Et le génie du chef réside dans ce gel au poivre penja servi à côté, dont les notes boisées viennent alléger les papilles. Enfin, tout en fraîcheur, la panna cotta coco, poire rôtie et pollen, est un câlin en bouche. Peu sucrée, la demi-poire finement coupée en lamelles, encore très légèrement croquante en bouche, est en elle-même un dessert. Mais c’est compter sans cette panna cotta coco qui lui apporte l’onctuosité régressive que l’on attend en fin de repas. Atterrissage parfait de ce dîner ensoleillé, dans une belle adresse improbable de ce quartier.  

Bloom Garden 

bloomhouse-hotel.com/restaurant

Tiana Salles

S'inscrire
à la newsletter
acumen

footer-acumen-GJ2
FACEBOOK
INSTAGRAM
PODCASTS
abonnement
mentions légales
politique de confidentialité
Politique de cookies
archives
FACEBOOK
INSTAGRAM
PODCASTS
abonnement
mentions légales
politique de confidentialité
Politique de cookies archives
© GALERIE JOSEPH 2024 – ALL RIGHTS RESERVED